Conseils de paysagiste

Comment reconnaître une terre argileuse ?

Avant de commencer toute plantation, connaître la nature du sol est primordial pour bien choisir les végétaux qui vont peupler le jardin. Acheter les plantes adaptées dès le début évite bien des déceptions et permet de faire des économies de temps et d’argent.

Qu’est-ce qu’un sol argileux ?

Il se forme des suites de la dégradation physique et chimique d’une roche mère (quartz, granit, schiste, …) qui se fragmente en particules de plus en plus fines : graviers, sables, limons et argiles. S’ajoutent à cela des matières organiques dues à la présence de végétaux et d’animaux dont la décomposition aboutit à la création d’humus.

Sa couleur (rouge, orange, jaune, …) est due à l’état de l’oxyde de fer présent dans le sol. En milieu oxygéné, le fer est sous sa forme ferrique et donne une couleur rouille à la terre. Tandis qu’en condition d’asphyxie, il se transforme en fer ferreux de couleur gris bleuté, caractéristique des tâches de Gley, que l’on observe dans les sols argileux tassés ou toujours gorgés d’eau.

L’argile est une terre qui a la plus grande capacité de stockage en eau. Elle peut retenir tant d’eau qu’il n’y a plus de place pour l’air entre les particules et qu’elle en devient asphyxiante.

Avantages & inconvénients

Une terre argileuse conserve l’eau, les éléments nutritifs et la vie biologique est importante. Sa grande capacité de rétention d’eau lui permet de résister à la sécheresse. Lorsque les pluies cessent, elle sèche beaucoup plus lentement qu’une autre terre mais elle reste aussi détrempée plus longtemps en période humide.

Lorsqu’il y a trop d’eau, il reste peu de place pour l’air et l’asphyxie devient un fort handicap. La plupart des végétaux respirent par leurs feuilles, leurs tiges, leur tronc mais aussi par leurs racines. Ce manque d’air dans le sol nuit également aux nombreux micro-organismes améliorant la fertilité du sol.

Au printemps, son réchauffement tardif entraîne un retard de végétation des plantes. Heureusement, ce retard est ensuite compensé par une grande fertilité, un sol qui reste chaud plus longtemps et une plus forte résistance à la sécheresse. Lorsqu’elle est sèche, l’argile se rétracte et forme de larges et profondes crevasses.

terre-argileuse-seche

Lourde et collante, elle ne peut pas être travaillée par tous les temps. La terre se compacte facilement, il est préférable de reporter par temps pluvieux. Lorsqu’elle est bien amendée, sa structure est stable. Au printemps, elle doit être travaillée avant qu’elle ne sèche trop, quand elle est « amoureuse » comme disent les anciens.

Comment reconnaître un sol argileux ?

Bien sûr, une analyse de sol vous donnera toutes les informations détaillées dont vous avez besoin et c’est très utile lorsqu’il y a des soucis de culture, pour trouver l’origine du problème, comme une carence par exemple. Cependant, il est très facile de déterminer si votre terre est argileuse à l’aide d’un simple test et d’observation.

Petit test :

Humidifier un peu de terre et tenter de former une boule dans votre main. Avec une terre argileuse, la boule se tient parfaitement. Avec une autre terre, c’est impossible.

boule-test-terre-argileuse

Les plantes qui y poussent spontanément sont un bon indicateur de la nature du sol. La renoncule rampante (Ranunculus repens), le plantain (Plantago major), le pissenlit (Taraxacum officinale), le liseron (Calystegia sepium), le tussilage (Tussilago farfara), la pâquerette (Bellis perennis), le frêne (Fraxinus excelsior), le prunellier (Prunus spinosa), l’églantier (Rosa canina), la ficaire (Ranunculus ficaria), les consoudes (Symphytum) sont couramment rencontrées en sols argileux.

Comment l’améliorer ?

Une terre correctement amendée se travaille plus facilement, les excès d’eau s’évacuent plus aisément, la fertilité est accrue, elle respire mieux et se réchauffe plus vite.

Elle s’améliore grâce à l’apport d’engrais verts (phacélie, moutarde blanche, seigle …), de fumier ou de compost bien mûr et de paillis (déchets de taille broyés, feuilles mortes, tontes de pelouse, paille, paillettes de lin, …). Les engrais verts participent à la structuration du sol et à son enrichissement en humus et en azote. En se développant, ces plantes étendent leurs racines et, ce faisant, participent à l’aération du terrain. Fauchés et laissé simplement à terre, leurs feuillages forment une litière qui, en se décomposant, permet le maintien du taux d’humus dans le sol. Au potager, les engrais verts couvrent le sol en hiver et occupent les parcelles vides au printemps avant la mise en culture. Ils se fauchent avant la montée à graines pour éviter l’envahissement et au moins trois semaines avant les semis suivants car lors de la décomposition par les micro-organismes, ces derniers émettent des substances anti-germinatives.

Le paillage est très efficace pour entretenir ou augmenter le taux d’humus, préserver l’aération du sol, limiter le dessèchement, ralentir les adventices et favoriser l’activité biologique.

Pour améliorer le drainage, il est possible d’apporter du gravier, jamais de sable fin sous peine d’obtenir un effet béton, ou de poser des drains.

Bibliographie :
« Le monde des plantes de terre argileuse » d’Antoine Breuvart
« Révolution au potager » de Guylaine Goulfier

logo

6 thoughts on “Comment reconnaître une terre argileuse ?”

  1. Hello Virginie. Tu as tout à fait raison quand tu dis que la première chose à faire lorsqu’on souhaite planter dans un jardin  » est de déterminer la nature de son sol ». J’ai une terre argileuse. Je choisis donc mes plantes en fonction de ce critère. Il faut néanmoins nuancer; certaines plantes réputées pour sol drainant, s’adaptent néanmoins dans mon sol argileux. Par exemple: les népétas; certaines sauges; les lavandes. Pour d’autres plantes comme les oeillets, les érodiums: c’est l’échec assuré. Deux autres critères sont hyper importants: mais tu comptais sans doute en parler ultérieurement: l’acidité et l’exposition. Chez moi, la terre est légèrement calcaire. Inutile d’essayer de faire pousser des digitales. Beau dimanche!

    Aimé par 1 personne

    1. En effet, il y a des plantes qui s’adaptent bien. Ici, les népétas ont un peu de mal, ils ne vivent pas longtemps … les sauges (exceptée l’officinale que j’ai dans un coin sec, au pied de la maison) ne survivent pas un hiver et les lavandes vieillissent très mal … Mais je pense que cela tient plus de l’humidité constante (sources qui remontent par capillarité) que du type de terre. J’ai prévu de faire d’autres articles dans le style mais le prochain sera dédié au jardin 😉 bisous

      J'aime

  2. Bonjour Virginie ,voilà ma terre , pas facile mais je privilège les plantes pour terre argileuse à présent trop de déceptions ici il y à des briqueteries prés de chez moi c’est dire que c’est bien de l’argile pur et dur ,,tout comme Béné curieusement lavandes et népétas sont ravis ici certaines sauges aussi. Je vois que je fait une erreur en ajoutant parfois du sable de rivière .Je retiens tout vos bons conseils Virginie ,merci pour cet article .
    Belle semaine Virginie .
    Emmanuelle

    Aimé par 1 personne

  3. Moi j’ai une terre sableuse qui devient dure à travailler quand il fait trop sec. Je plante de plus en plus de plantes de sécheresse car malheureusement comme ma terre est pauvre et ne retient pas l’eau, je dois souvent arroser et surtout j’amende énormément ma terre.

    Aimé par 1 personne

  4. Un très bel article et très intéressant. J’ai aussi une terre argileuse. Ajouter de la lave dans le trou de plantation et je garde certaines sauges, parfois les gauras aussi. Bonne journée

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s